Accueil / Communiqués de Presse / Contribution du CESER Occitanie / Pyrénées- méditerranée au Grand D...

Contribution du CESER Occitanie / Pyrénées- méditerranée au Grand Débat National

Le  Conseil  des  Ministres  du  12  décembre  2018  a  décidé  de  solliciter  le  CESE  et  les  CESER  dans  le  cadre  du  Grand débat national. En quelques semaines, le CESER Occitanie a réuni les 170 conseillères et conseillers issus des 80 organisations régionales qui le composent. Chaque commission a mis en perspective les travaux déjà réalisés pour construire sa contribution, avec l’appui de la section Prospective afin d’avoir une vision à long terme de l’évolution de la région.

le 22/02/2019

Télécharger
La plaquette

Télécharger
Autre(s) document(s)

Le  Conseil  des  Ministres  du  12  décembre  2018  a  décidé  de  solliciter  le  CESE  et  les  CESER  dans  le  cadre  du  Grand débat national. En quelques semaines, le CESER Occitanie a réuni les 170 conseillères et conseillers issus des 80 organisations régionales qui le composent. Chaque commission a mis en perspective les travaux déjà réalisés pour construire sa contribution, avec l’appui de la section Prospective afin d’avoir une vision à long terme de l’évolution de la région.

1-­ Quel modèle de société voulons-­nous offrir à nos enfants ?

Les politiques publiques doivent être au service de la solidarité et de la cohésion sociale, favoriser l’égalité d’accès aux services publics, notamment d’urgence vitale et médicaux, quels que soient les territoires, urbains ou  ruraux.  Le  CESER  prône  aussi  une  conception  humaniste  de  l’éducation  tout  au  long  de  la  vie  et  de  la  carrière professionnelle, que ce soit dans l’enseignement, via l’apprentissage et l’alternance, ou au sein des métiers.  Les  enjeux  de  l’orientation,  de  la  formation,  des  qualifications  sont  déterminants  pour  sortir  la  jeunesse de la désespérance et lui permettre d’accéder à un emploi et à une qualité de vie. L’accès à la culture est aussi un enjeu majeur pour la cohésion sociale et le vivre-­‐ensemble, notamment pour les jeunes des quartiers populaires. Cela suppose aussi de lutter contre la grande pauvreté, notamment via le logement. La justice fiscale doit être au service d’une plus grande justice sociale. Il faut pour cela remettre à plat la fiscalité actuelle et réactualiser ses principes pour plus de progressivité et de répartition -­ Quel modèle de développement voulons-­nous construire ?

L’aménagement  du  territoire  doit  être  au  service  de  la  transition  écologique,  enjeu  majeur  d’un  développement durable et d’un environnement viable à transmettre à nos enfants. L’Occitanie dispose d’atouts naturels (soleil, vent, mer) à exploiter via des filières industrielles d’énergies propres et renouvelables, adossées aux pôles de compétences présents sur le territoire. La lutte contre la pollution marine et les risques de submersion littorale constituent également des enjeux forts pour l’environnement, la sécurité des biens et des  personnes,  l’urbanisme,  l’activité  économique  et  les  filières  littorales ;  elle  suppose  une  anticipation  et  une mobilisation urgente des pouvoirs publics. L’activité économique et entrepreneuriale doit par ailleurs davantage  intégrer  l’innovation,  notamment  sociale,  et  la  responsabilité  environnementale  et  éthique.  L’économie sociale et solidaire est à soutenir comme modèle de développement durable non-délocalisable, répondant  aux  besoins  de  proximité.  La  bataille  pour  la  création  de  richesses  mieux  réparties  et  la  réindustrialisation des territoires hors métropoles doivent être une priorité. Le développement rural doit être  promu  pour  lutter  contre  les  fractures  territoriales  et  favoriser  une  meilleure  subsidiarité  entre  les  territoires urbains et ruraux.

3-­ Quelle organisation de la République et de la démocratie voulons-‐nous défendre ?

La  décentralisation  de  la  République  devrait  être  menée  à  son  terme,  par  l’adoption,  au  niveau  infra  régional, des principes de spécialisation et de subsidiarité des différents niveaux de collectivités, par la représentation des territoires non urbains, ainsi que de la maille territoriale des bassins de vie ou d’emploi. Le CESER en appelle également au renforcement des moyens d’action des corps intermédiaires afin que ceux-­ci puissent mieux exercer leur rôle d’oxygénation de la démocratie et participer à la construction d’un projet d’intérêt général qui soit humaniste, laïque, durable, fédérateur et cohérent, en matière de développement social, éducatif, sociétal, environnemental. Le CESER préconise l’instauration, sous son égide, de conférences sociales régionales. Le mouvement associatif doit être d’avantage écouté et mis à contribution comme force de proposition pour sa dynamique d’adaptation aux enjeux de transition. Fort  de  notre  représentativité,  de  notre  diversité,  de  notre  culture  du  débat  et  de  notre  sens  de  l’intérêt  général, de notre capacité à dégager des compromis utiles, nous devons être l’Assemblée consultative de référence  pour  l’Etat  déconcentré  en  région  comme  pour  la  Région  Occitanie  et  être  à  ce  titre  institutionnellement saisis par ces derniers sur tous les grands chantiers.

Communiqué de presse du CESER Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

Toulouse, le 22 mars 2019
Contact: didier FILLON - CESER Occitanie – 05 62 26 94 94